Shainess, captureuse d’instants divins.

Shainess est une toute jeune photographe marseillaise. 

Pourtant, elle a tout d’une grande, son humilité est à la hauteur de son talent. ÉNORME.     

À tout juste 23 ans Shainess s’inspire de son île natale aux Comores : « sa plus grande muse » nous dit-elle.

Elle nous parle de l’art qui fait battre son coeur au plus beau des rythmes.

Shainess qui es-tu ? 

J’ai 23 ans et j’habite à Marseille, actuellement je fais un M2 Management des systèmes d’informations à l’université D’Aix-Marseille même si je t’avoue que je ne sais pas encore si j’ai réellement trouvé ma voie. Ah oui, très important aussi je suis originaire des Comores. C’est là ou je suis née.

 

 

 

Tes débuts dans la photographie c’était comment ? 

À la base j’écrivais des poèmes, puis un jour je n’ai plus eu envie d’écrire, j’avais un peu le syndrôme de la page blanche. Je me suis tournée naturellement vers la photographie parce que mon grand frère en fait lui même. J’ai mis de côté et j’ai acheté mon premier appareil sur Le Bon Coin avec un objectif 18/55, c’était en 2012. Encore aujourd’hui j’ai toujours le même appareil et je me suis offerte un nouvel objectif 50 mm fixe.

J’ai fait mes premières photos aux Comores lors de l’été 2013, puis plus récemment lors de mon dernier séjour en 2017.

 

 

 

Qu’aimes tu photographier plus particulièrement ?

J’aime beaucoup les portraits avec un paysage particulier en second plan, ou des portraits simples de personnes qui me touchent. Mon art n’est vraiment pas prévisible. Je suis assez introvertie donc ça m’arrange un peu de ne pas avoir à faire le premier pas, j’aime prendre des photos spontanées, non calculées.

 

 

 

Comment nourris tu ton imagination ?

 Sans hésiter en premier lieu les Comores sont pour moi une grande inspiration.

Une chose qui m’inspire énormément aussi c’est ma religion : la photo c’est un peu une recherche d’idéal spirituel pour moi. Mon Instagram ( @no__butstill) c’est une sorte de journal intime, mes combats intérieures on y voit aussi des gens qui m’ont marqués.

Il y a une phrase que j’aime beaucoup c’est «  You have eyes but you don’t see », c’est un moyen de me rappeler et de rappeler aux autres qu’il est nécessaire de regarder ce qui se passe autour de soi. Être attentifs. Il y a toujours autour de nous un point de repère où tout ira mieux. C’est là que réside notre équilibre. 

 

 

 

Doutes tu parfois de ton art ?

Ça m’arrive de beaucoup me remettre en question, je me pose beaucoup la question : « Est ce que c’est utile ? ». Je me demande parfois quel est le message que je veux faire passer à travers mes clichés. Je pense que ce sont des questions importantes à se poser, car une fois que l’on trouve la réponse chaque cliché prend du sens. 

Je dis souvent « Aller où tu veux mais toujours dedans toi. », ça veut dire que peu importe ce que l’on cherche la réponse est en nous, c’est notre essence, il faut savoir revenir à soi si nécessaire.

Je considère vraiment mon art comme une conversation avec moi-même.

 

 

 

Justement quel message veux tu faire passer à travers tes clichés ?

J’aimerais utiliser la photographie pour rendre aux africains leur dignité et leur identité. Par exemple aux Comores j’ai l’impression que moins tu parles ta langues plus t’es hype et ça m’attriste fortement, car ça fait partie de nous.

Dans ce sens l’art contribue à la construction d’une identité, les gens ne se rendent pas compte de la richesse qu’ ils possèdent et comment ils pourraient l’exploiter.

La représentation racisée dans notre société actuelle est tellement importante, même si on a pris notre indépendance physique, l’indépendance psychologique n’est pas totalement acquise. Il ne faut pas avoir peur de dire « ma vision de l’Afrique c’est ça et je l’assume ». C’est à travers l’art et les écrits que l’on peut véhiculer ses idées et convictions.

Qu’est ce qui t’apaises ? 

Beaucoup de choses mais des choses simples. Mes nièces et neveux, ma famille au grand complet, la voix de ma mère, prier, grignoter des fruits secs, boire un thé. Ce sont des petites choses mais des choses importantes qui ont de la valeur pour moi 

Quel est ton plus grand combat intérieure en ce moment précis de ta vie ?

Accepter qui je suis. J’ai une certaine vision du monde et j’ai du mal a l’accepter, mon plus grand combat c’est de m’émanciper du regard des gens, assumer mes choix et mes convictions que je veux porter au plus haut.

Quel est ton rapport à ton île ?

J’ai grandi aux Comores et je suis venu en France à 14 ans, j’ai un attachement à ma terre qui est très contradictoire, je l’aime et parfois je la déteste.

Je serai à jamais reconnaissante de connaître une double-culture, je sais qu’en France je ne serai jamais tout à fait Française et aux Comores jamais tout à fait Comorienne, mais j’ai deux visions du monde et je peux prendre le meilleur de ces deux mondes là. 

C’est une richesse et une bénédiction d’avoir vécu correctement en France et de ne pas galérer pour survivre, chaque jour je remercie Dieu, mais même si j’aime la France dans les semaines qui suivent je rentre m’installer aux Comores j’ai énormément besoin de retrouver ma terre natale.

 

 

 

Quel serait ton accomplissement ultime dans le domaine de la photographie ?

À long terme et sans donner trop de détails ahah j’aimerais sortir un livre photographique, sur un thème qui me tient à coeur et une grande source d’inspiration : les femmes comoriennes. 

 

 

 

Y a t’il une chose que tu souhaites dire à ceux qui liront cet article ?

Ne pas avoir peur de ce que nous sommes profondément et de dire ce que nous avons à dire.

Shainess a depuis quelques temps développé THE KURE PROJECT qui lui tenait énormément à coeur. On n’en dit pas plus, vous pouvez découvrir ses créations ici : www.etsy.com/fr/shop/THEKUREPROJECT

Crédits photos : Photo principale @idi.samya

 

 Project 6

Publicités

Une réponse sur « Shainess, captureuse d’instants divins. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s