Mawa, étoile de la côte.

Abidjan, 2015.

Mawa Diarrassouba suit un cours de sport en plein air au collège.  À quelques mètres, Ivane, celui qui deviendra son futur agent la remarque et ne la quittera plus.

C’est le début d’une histoire à succès.

À tout juste 17 ans elle défile sur les plus grands podiums africains et depuis plus rien ne l’arrête.

Rencontre avec la mannequin androgyne la plus déterminée de Babi.

Prêt(e)s ?

Image 31-01-2018 à 23.24 (1)

Mawa qui es-tu ?

Je m’appelle Mawa Diarassouba  et je suis en seconde au lycée de jeune fille de Yopougon. Je viens d’une grande famille de 5 enfants dont je suis la seule fille.

Quels ont été tes débuts dans le monde du mannequinnat ?

J’ai commencé le mannequinat à tout juste 15 ans je dirais. J’ai été repérée par mon agent Ivane Lobe lors d’un cours de sport. D’ailleurs je remercie tous les jours Dieu de l’avoir mis sur mon chemin, il m’ a transmis cette passion et joue un rôle important dans ma carrière.

Comment passe t’on de jeune fille de 16 ans à mannequin de podiums ?

Et bien ma rencontre avec Ivane à été déterminante, il m’a adopté comme un membre de sa famille, c’est un vrai soutien. Il ne se lasse jamais de me prodiguer de bons conseils et il supporte avec patience mes crises d’ado (rires).

Il y a aussi le soutien de ma mère qui est très important pour moi, après une longue réflexion elle a décidé de me soutenir dans cette nouvelle aventure malgré tout les préjugés que les gens ont sur ce milieu. Sans elle rien n’aurait été possible.

Enfin je dirais que c’est à force de beaucoup de travail et de détermination. Mon agence ATL nous permet d’avoir une bonne formation et je continues toujours de bosser pour m’améliorer.

Par exemple j’avais beaucoup de mal avec les talons car auparavant je n’en portais quasiment jamais. Je travaille dur pour atteindre mes objectifs et comme mon agent aime le dire très souvent « Il faut poser des actes pour attirer la faveur du bon Dieu ».
Je travaille beaucoup, je pense que Dieu n’est pas resté indifférent à tout ça 🙂

Image 31-01-2018 à 23.24 (2)

Que penses ta famille et tes amis de cette nouvelle activité ?

Bon à vrai dire ma famille et mes amies ont un avis partagé mais comme je l’ai dis plus tôt j’ai le soutien de ma mère et certains membres de ma famille ce qui est très important.

En ce qui concerne mes amies certains ont des préjugés sur le milieu, pour certains je suis une source d’inspiration, ce qui me touche, ça me donne la force de m’accrocher à mes rêves plus que jamais. Souvent après mes défilés je reçois des messages de personnes que je ne connais pas et qui me félicitent, c’est tellement cool et encourageant de leur part.

Quels sont tes projets futurs ?

J’aimerai vraiment être mannequin international ou encore créer ma propre marque de vêtement. J’aimerai aussi pouvoir œuvrer dans le social pour soutenir les enfants démunis à travers la création d’une ONG.

As-tu toujours rêvé d’être mannequin ou avait tu d’autres projets ?

Le mannequinat c’était pas mon truc et honnêtement je n’avais aucune notion. À mes débuts la première question qui m’a été posé c’était de savoir si je connaissais le monde du mannequinat j’ai répondu « Non » et mon agent à sourit, c’est dire à quel point le mannequinnat et moi ça faisait 2. Avant de commencer cette carrière de mannequin j’envisageais de faire de la télé, présentatrice de journal télévisé ou un truc dans le genre (rires)

Image 31-01-2018 à 23.25

Qu’est ce qui te plaît le plus dans le mannequinat ? Ce qui te plaît le moins ?

J’aime vraiment tout, plus le temps passe plus ma passion grandit. J’aime ce moment sur le podium où on a le même quart d’heure de gloire qu’une célébrité, tous les regards sont fixés sur la création du styliste que l’on porte et là on se sent important.

Le mannequinat à aussi eu un vrai impact sur ma vie courante. Ça m’a ouvert l’esprit et ça m’a permis de côtoyer de grandes personnalités. Maintenant je fais aussi un peu plus attention à mon physique. J’essaie d’être toujours bien habillé, propre sur moi même.

Si il y a peut être une chose que je déplore un peu c’est le côté hypocrite qu’il y a entre certains mannequins. Ça ne m’ai encore jamais arrivé car je m’entends bien avec tout le monde mais c’est quand même déplorable de le voir entre d’autres mannequins.

Image 31-01-2018 à 23.25 (1)

Un mot pour finir ?

Je voudrais d’abord vous remercier pour cette interview et j’espère que Dieu vous inspireras davantage dans ce que vous faites. Je profite pour dire un grand merci à ma mère, mon agent Ivane Lobe, Mme Fatim Sidime présidente de RAMCI* le travail qu’elle fait pour la nouvelle génération de mannequins est énorme. Enfin un grand merci au grand Reda Fawaz qui m’a permis de fouler mon premier podium en 2015 et un petit coucou à mes collègues de l’agence ATL et tout le STAFF.

*Réseau des agences et mannequins de Côte d’Ivoire.

Photos Argentiques ;  Crédits Photos : Louis Philipe De Gagoue  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s